Sophia LABADI

Sophia LABADI
Doctor, researcher, UNESCO programme specialist
Sophia Labadi has a PhD and a Masters in Heritage Studies from the Institute of Archaeology, University College London (UK) and graduated from the Institute of Political Sciences in Grenoble (France). Since 2001, she has worked for a number of regional and international organisations. For UNESCO, she has worked in the Secretariat of the 1972 World Heritage Convention and the 2003 Intangible Cultural Heritage Convention and participated in the strategic planning and drafting of the 2009 UNESCO World Report on Cultural Diversity. In parallel, she has been an active researcher on topics ranging from migration museums to heritage regeneration or culture and development. Her latest publication includes the edited volume ‘Heritage and Globalisation’ published by Routledge in September 2010. For her research she has received a number of scholarships and awards, most recently the 2008 Cultural Policy Research Award. Sophia Labadi is on the editorial board of the International Social Science Journal and Heritage and Society.
(Re) Evaluating the socio-economic impacts of selected regenerated heritage sites in France and England
‘Culture is a source of prosperity and cosmopolitanism‘ (Comedia, 2003).
This quote by Comedia summarises the new orthodoxy: that culture–led development or regeneration engenders significant positive outcomes. It leads to economic growth, by attracting international events and creative businesses, and the benefits of that growth are shared by all citizens. What’s more, citizens are empowered through the creation or strengthening of individual and shared identity and social cohesion. However, this new orthodoxy has been heavily criticised. At a time of crisis and credit crunch, it becomes urgent to reassess this new orthodoxy.
The aim of this talk is to present my latest research which analyses critically this new orthodoxy. The goals of this research are to analyze existing regeneration models and evaluation methods of the socio-economic impacts of the regeneration of historic urban areas or cities. They also are to analyze the impacts identified through these analyses. The final goal of this research is to propose recommendations for improving impact evaluations and regeneration models. To reply to these goals, different cases in England and France have been compared and contrasted. The recommendations will also be briefly presented in this talk.
Key-words: regeneration; culture and development; impact evaluation; heritage; socio-economic benefits.

Sophia LABADI
Chercheur, spécialiste de programme à l’UNESCO
Sophia Labadi a un doctorat et un Master sur la protection du patrimoine culturel (Institute of Archaeology; University College London) et est diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble. Depuis 2001, elle travaille pour de nombreuses organisations internationales. A l’UNESCO, elle a en particulier travaillé au sein des Secretariats de la Convention du patrimoine mondial et de la Convention du patrimoine immatériel et a participé à la plannification stratégique et à la rédaction du rapport mondial de l’UNESCO sur la diversité culturelle. En parallèle, elle a mené des recherches sur différents sujets allant des musées d’immigration à la régénération du patrimoine ou à la culture et au développement. Elle a co-dirigé la publication “Heritage and Globalisation” publié par Routledge en septembre 2010. Elle a reçu de nombreux prix pour ses recherches, en particulier le Prix du jeune chercheur en politiques culturelles (2008). Elle fait partie de l’équipe de rédaction de la Revue internationale des sciences sociales et de Heritage and Society.
(Re) Evaluer l’impact socio-économique de projets de rénovation de sites patrimoniaux : exemples français et britanniques
«La culture est une source de prospérité et de cosmopolitisme» (Comedia, 2003).
Cette citation de Comedia résume une nouvelle orthodoxie : la rénovation entraîne des résultats positifs significatifs. Elle conduit à la croissance économique, en attirant des événements internationaux et des entreprises créatives, et les bénéfices de cette croissance sont partagés par tous les citoyens. De plus, les pouvoirs des citoyens sont renforcés par la création ou le renforcement de leurs identités et la cohésion sociale, engendrées par cette regeneration. Cependant, cette nouvelle orthodoxie a été fortement critiquée. À une époque de crise économique et du crédit, il devient urgent de réévaluer cette nouvelle orthodoxie.
Le but de cet exposé est de présenter mes dernières recherches qui analysent de manière critique cette nouvelle orthodoxie. Les objectifs de cette recherche sont d’analyser les modèles de régénération et les méthodes existantes d’évaluation des impacts socio-économiques de la régénération des zones urbaines historiques ou des villes. Ils visent également à analyser les impacts identifiés par ces analyses.
L’objectif final de cette recherche est de proposer des recommandations pour améliorer les évaluations d’impact et les modèles de régénération. Pour répondre à ces objectifs, différents cas en Angleterre et en France ont été comparés et contrastés. Cette présentation discutera aussi des recommendations identifiées.
Mots-clés : Régénération; culture et développement; évaluation d’impact; patrimoine; bénéfices sociaux-économiques.